Environnement

 

 Maison coquelicotL’effet de serre, ce réchauffement climatique dû essentiellement à notre imprévoyance, n’est pas une fatalité, il existe des solutions permettant de réduire sensiblement nos nuisances. Nous vous présentons la réalisation, sur notre commune, en tout point remarquable de Pierre et Simone Ferreux. Regardons avec intérêt qu’elles ont été leurs motivations.
« Construire sa maison aujourd’hui est une formidable aventure qui demande à prendre en compte le présent et le futur, c’est ce que nous avons tenté de faire lorsque nous avons décidé de nous installer entre vignobles et pâturages, sur la commune de Saules.
Sensibles depuis longtemps déjà au respect de l’environnement et au problème des énergies fossiles, nous avons opté pour le bois, matériau renouvelable par excellence. Nous avions pu en goûter la douceur et le bien-être à l’occasion de séjours à l’étranger. En Bourgogne, la filière Bois a développé la construction Bois et nous avons choisi de travailler avec une entreprise de Saône & Loire. Épicéa et mélèze sont les deux essences utilisées dans cette construction.

La forme contemporaine de la maison a permis l’implantation d’une toiture végétalisée en sedum qui joue le rôle de climatiseur naturel. De même, la ventilation est assurée par un puits canadien qui propulse à l’intérieur de la maison un air tempéré très appréciable été comme hiver. La superficie de terrain dont nous disposons nous a permis d’opter pour la géothermie pour alimenter le système de chauffage par le sol. Les capteurs solaires nous fournissent l’eau chaude sanitaire. Les baies vitrées orientées plein sud assurent le solaire passif en saison autre que l’été. Enfin, une citerne enterrée réceptionne les eaux pluviales collectées sur le toit pour le jardin et les usages externes puisque nous souhaitons faire un jardin potager.
Voilà pour les énergies renouvelables. Pour autant, nous ne sommes pas dans un système d’autonomie totale.

Les différentes techniques choisies utilisent au maximum les systèmes naturels utilisés très couramment dans les pays d’Europe du Nord.
Toutes les entreprises qui sont intervenues sur ce chantier sont des entreprises locales aujourd’hui attentives aux nouvelles techniques et aux nouvelles orientations en matière d’énergie. L’ADEME est une agence de conseils qui met à notre disposition toutes les informations utiles en ce domaine, aussi bien dans le choix des différentes techniques que dans les aides, subventions et crédits d’impôts.

Si ces choix nous permettent de réduire notre facture d’électricité, nous en serons satisfaits, toutefois la réduction de la consommation des énergies fossiles, la diminution de production de CO2 dans le but de ne pas contribuer au réchauffement de la planète afin d’envisager l’avenir de nos enfants plus sereinement sont les raisons profondes de notre démarche. »

 

Compostage

     Faire son compost est une activité que l’on peut réaliser chaque jour sans grand effort et qui permet, d’une part, d’économiser l’achat d’engrais, et d’autre part, contribue à diminuer le coût du traitement des déchets mis dans nos poubelles.

     Il faut savoir, qu’avec la mise en place d’une station de méthanisation à Chagny, pour le traitement des ordures ménagères, et cela dès 2012, le coût, à la tonne, va doubler. N’oublions pas que la TGAP (Taxe Générale sur les Activités Polluantes), perçue par l’État, elle aussi, augmente chaque année d’une façon importante. Tous ces paramètres devraient nous faire prendre conscience que pour limiter notre effort financier, le compostage est un moyen simple et productif.

     Rien de plus simple que de trier lors de la préparation de son repas les morceaux de salades abîmés, les épluchures de pomme de terre ou de carottes, afin de les mettre dans son jardin, en contact avec la terre, pour que les petits animaux (vers de terre, notamment) facilitent leur dégradation.

 

 

Le saviez vous?

¨ On a calculé que chaque français utilisait en moyenne 1 786 m3 d’eau par an, soit l’équivalent de deux Boeing 747.

¨ 25 millions de tonnes de déchets plastiques sont produits chaque année en Europe et seulement 25% sont recyclés.

¨ 122 100 emplois dans le domaine des déchets et récupération en France.

¨ 3.6 millions de tonnes d’encombrants jetés en France chaque année.

¨ Les déchets ménagers produits en France ont doublé entre 1960 et 2009.

¨ 0.96 milliards de sacs plastiques distribués en France en 2011, mais ce nombre a été divisé par 10 entre 2002 et 2010.

¨ Déchets produits en France: 345 millions de tonnes

¨ 16.7 milliards d’euros de dépenses de gestion en 2012

¨ En 2012, par le recyclage, nous avons évité 20 millions de tonnes d’émissions de CO2